La mutuelle des seniors : explications

Comme dans quelques mois vous partez à la retraite, vous vous préoccupez beaucoup de ce que sera plus tard votre mutuelle, et cela même si jusqu’ici vous étiez toujours en excellente santé. Essayez de trouver ici les réponses à vos questions.

Des cotisations plus élevées

Votre retrait très prochain de la vie active est depuis quelques semaines une grande source d’inquiétude pour vous. Vous craignez en effet une baisse conséquente de vos ressources. Mais ne paniquez surtout pas ! Des solutions financières se trouvent peut-être sur cette plateforme. N’hésitez pas à vous y abonner et à lire régulièrement leurs nouveaux billets.  Et malheureusement, ce ne sont pas seulement les fins de mois difficile que redoutent les futurs retraités, mais aussi leur assurance santé.

Force de constater qu’en matière de mutuelle, les seniors ne sont pas logés à la même enseigne que les autres catégories de population. Pour cause, à partir de soixante-cinq ans, leurs problèmes de santé se multiplieraient, entraînant alors irrémédiablement une augmentation des frais et des dépenses liées à poste. Ainsi, de manière générale, ce sont les vues et l’audition qui sont les premiers touchés. Et les changements fréquents de lunettes de vue ainsi que l’appareillage auditif coûtent cher. À cet effet, les seniors sont considérés comme des personnes à risques par les assureurs. D’où leurs cotisations élevées.

C’est pourquoi, plus les retraités avancent en âge, moins les compagnies qui veulent les mutualiser sont nombreuses. Souscrire à un bon complémentaire de santé peut alors se transformer à un vrai parcours de combattant, particulièrement pour les personnes à mobilité réduite ou avec une perte d’indépendance qui ont besoin de soins et d’assistances médicaux quotidiens à leurs domiciles. Il y a bien sûr les assureurs privés. Toutefois, leurs frais de gestions et leurs primes mensuelles sont onéreux et ne sont pas à la portée de la majorité des seniors.

Comment bien choisir sa mutuelle ?

Fort heureusement, chez de nombreuses compagnies, les complémentaires santé senior vous seront accessibles dès vos cinquante-cinq ans. Et rien de vous n’empêche de vous y inscrire quand bien même vous êtes encore dans la vie active. Pour cause, si vous êtes encore dans la tranche d’âge de la cinquantaine et de la soixantaine, vous ne serez pas encore classés parmi les personnes à risque.

Il vous sera ainsi plus facile de trouver une bonne mutuelle. Mieux, vous pouvez même faire jouer la concurrence pour bénéficier de tarifs compétitifs. De plus, une fois que vous êtes affiliée à une mutuelle, votre compagnie ne peut ni vous exclure, ni rompre votre contrat et cela même si vous leur couter cher en remboursement de vos frais de santé. Par contre, s’y faire accepter, passé le cap des soixante-dix ans qui relève d’un véritable exploit.

Ainsi, entre les nombreuses consultations chez les spécialistes, soins dentaires ou ophtalmo, possibilités d’hospitalisation, séances de kinésithérapies… Afin de choisir la meilleure offre qui conviendra le plus à votre situation, la première chose à faire d’identifier clairement vos besoins. Faites également la liste des soins qui ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale, pour essayer de les intégrer dans vos garanties. C’est par exemple le cas des implants dentaires, de l’homéopathie, des cures thermales et balnéothérapies, les prothèses orthopédiques…

Post Author: Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *